Le b.a.-ba du commerce

Sans grande surprise, le Brexit est la plus grande source d’incertitude pour les entreprises britanniques. C’est ce que révèle une enquête concernant les exportations des sociétés anglaises, réalisée récemment par Institute of Export & International Trade.

82.11% des personnes interrogées avouent craindre un impact négatif du Brexit sur leurs exportations; 12,2% prévoient notamment une réduction de plus de 40% du commerce avec l'UE. La plupart déclarent également que l'incertitude affecte leur capacité à planifier sur la période post-Brexit.

"Nous constatons d’une part un ralentissement de l'investissement, et d’autre part une concentration des activités internationales clés dans de nouveaux marchés situés en dehors de l'UE. Ce n'est pas du tout ce que nous attendions et cela s’explique par le manque de confiance général dans la façon dont le gouvernement gère le Brexit, en particulier concernant l’Union douanière."

Une autre étude, portant sur 835 entreprises exportatrices ou importatrices, réalisée par la Chambre de Commerce britannique et le port de Douvres, insiste sur les craintes de retards dans les livraisons de matériaux et de composants. Selon l'enquête, 29% des entreprises déclarent que des retards administratifs sont à prévoir dans les ports, ainsi que des surcoûts opérationnels.

Pleinement conscients des effets potentiellement néfastes du Brexit pour leurs affaires, deux tiers des entreprises britanniques admettent avoir déjà mis en place un plan d'urgence, notamment pour faire face aux nouvelles procédures douanières.

Côté consommateur britannique, un mouvement de panique général soulève les risques inflationnistes d’un Brexit mal maîtrisé côté anglais. Car, qui dit fin de l’Union douanière dit hausse des douanes et taxes sur tous les produits en provenance de l’UE. Considérant que 30% des produits alimentaires importés au UK proviennent de l’UE, et qu’une hausse de 22% de ces mêmes produits est à envisager dans le paysage post-Brexit, les conséquences pourraient être dramatiques pour une bonne partie de la population britannique. 

Des solutions pour faire face à tout scénario post-Brexit sont actuellement discutées par le gouvernement britannique et au sein des différentes institutions concernées.

 

Si la prise de conscience est réelle côté britannique – et à juste titre, elle semble quasi-inexistante côté français. Au sein de l‘hexagone, le Brexit est actuellement vécu de loin, et généralement envisagé comme une opportunité. Il est commun d’entendre que l’éloignement de la Grande -Bretagne - concomitante avec la popularité du Président français sur la scène diplomatique - laisse entrevoir un retour de l’hégémonie française en Europe et dans le monde, et peut aussi profiter à la France à bien d’autres égards. Les délocalisations d’entreprises britanniques (ou de filiales britanniques de sociétés européennes) dans les secteurs financier, pharmaceutique, automobile, aérospatial, etc. pourraient s’avérer être une manne économique qui profiterait au taux de création d’emploi français et à la croissance de manière générale. En outre, par crainte de l’incertitude, les investissements étrangers actuellement tournés vers la Grande-Bretagne pourraient se détourner vers l’UE.

Force est de constater que le Brexit est vécu différemment par les britanniques et les français. Si la Grande-Bretagne est actuellement en phase active de recherche de solutions pour faire face à tout scénario post-Brexit, la France semble flotter sur son nuage sans considérer que le Brexit pourrait endommager les activités de ses entreprises. C’est pourtant maintenant qu’il faut se préparer à toute éventualité, y compris les plus fatalistes. Et si le Brexit peut être lourd de conséquences, il peut aussi s’avérer être une source d’opportunités. Encore faut-il s’être penché sur la question au préalable pour identifier ces dernières.

 

Pour suivre toutes les actualités sur le Brexit, apprendre comment vous préparer aux challenges et tirer profit des opportunités créées par le Brexit, visitez notre section dédiée au Brexit en cliquant ici, téléchargez notre Livre Blanc « Coopération Douanière après le Brexit », et visualisez notre webinar „Brexit: Your To-to-List in 2018“.

 

Sources :

http://www.export.org.uk/news/399008/Export-survey-shows-some-optimism-but-fears-over-Russia-and-trade-wars.htm

https://www.relocatemagazine.com/news/brexit-post-brexit-customs-conundrum-facing-uk-firms-dsapsted

http://www.bbc.com/news/business-44060430